Archives mensuelles : février 2012

La droite des privilèges

Quelle est la proposition de François Hollande ?

> Au-dessus d’un million d’euros par an, le taux d’imposition doit être de 75%.

> La droite sur-réagit et laisse croire qu’il s’agirait de 75% sur ce million d’euros alors qu’il s’agit de 75% des sommes perçus au-dessus de 1 million d’euros.

> La mesure rapportera entre 200 à 300 M€ : c’est une question de moralisation, non de rendement.

Qui est concerné ?

> Seuls 10.000 à 30.000 personnes gagnent plus d’1 millions € par an, soit moins de 0.02% des contribuables.

Ce taux a-t-il déjà été expérimenté ?

> Le président américain Franklin Roosevelt déclarait en 1942 : “Aucun citoyen américain ne doit avoir un revenu après impôt supérieur à 25.000 dollars par an : c’était l’équivalent de moins de 300.000 euros de 2012, un plafond plus de 3 fois moindre que la proposition de François Hollande.

> Pendant près de 50 ans avant l’arrivée au pouvoir du très libéral Ronald Reagan, jamais l’imposition au-dessus de ce revenu ne descendit au-dessous de 70% aux États-Unis, et il fut en moyenne de plus de 80% !

> En plein âge d’or de l’économie américaine dans les années 60, le taux était de plus de 90% !  (Ce taux était de 83% au Royaume-Uni, jusqu’en 1979 et l’arrivée de Margaret Thatcher)

> Même si d’autres facteurs jouèrent, les économistes américains reconnaissent que ce taux d’imposition contribua fortement à ce que ce pays connaisse trois décennies d’inégalités réduites.

> Encore aujourd’hui, le taux effectif d’imposition des plus riches est plus élevés aux États-Unis qu’en France.

Quelle est la situation actuelle ?

> Aujourd’hui, le taux moyen d’imposition pour les 1% les plus riches est de 15% au lieu du taux légal de 41%. Une situation rendue possible par le jeu des actuelles niches fiscales.

Les inégalités de patrimoine ont-elles augmenté depuis que la droite est aux responsabilités ?

> Les inégalités de patrimoine entre les 10% les plus pauvres et les 10% les plus riches ont augmenté de +30%.

Quelle est la situation actuelle de l’évasion fiscale ?

> Malgré les cadeaux de la droite pour les plus riches, il n’y a eu aucun retour des évadés fiscaux.

> Au contraire, il y a 10 ans, il n’y avait que 17 familles françaises dans le classement des Suisses les plus riches, mais aujourd’hui, les Français sont la 3e communauté expatriée présente en Suisse !

> À l’inverse de ce qu’elle avance, c’est bien la droite qui a fait —ou laisser— “fuir” les riches.  L’UMP est ainsi bien peu soucieuse du manque à gagner pour le budget de l’État lié à l’évasion fiscale dans les paradis fiscaux : 40 à 50 milliards d’euros par an selon la Commission européenne.

Avec François Hollande, nous revendiquons notre volonté de changement : nous préférons imposer plus fortement les multi-millionnaires avec F. Hollande que taxer les ménages modestes et les classes moyennes avec la hausse de la TVA à 21,2 % façon Sarkozy. 

-

Nicolas Cadène, membre de l’équipe veille, arguments, riposte de la campagne de François Hollande

Midi Libre : Le candidat sortant refuse d’assumer son bilan

Le président sortant a déclaré aujourd’hui dans le Midi Libre que le travail avait été “déconsidéré“ et “l’assistanat encouragé“ pendant 30 ans. À nouveau, M. Sarkozy se pose comme s’il était neuf, comme s’il n’était pas aux responsabilités, et ce depuis 5 ans en tant que chef de l’État et 10 ans en tant que ministre d’État. Mais où est la “valeur travail“ quand il y a plus de 4 millions de chômeurs, lorsque le chômage a augmenté de plus d’1 million de personnes en 5 ans ? Qui a généré la prestation et l’indemnisation si ce n’est lui et son gouvernement qui ont mis de côté des millions de personnes privées de tout emploi ? Dans la même interview, Nicolas Sarkozy propose de “taxer les revenus du capital au même niveau que ceux du travail“ : mais que ne l’a-t-il fait depuis 5 ans ? Il souhaite ensuite réduire les charges payées par les salariés… mais oublie de préciser que dans le même temps il supprimera la prime pour l’emploi ! Aujourd’hui, le candidat sortant veut parler “éducation“, lui qui a supprimé 80.000 postes dans ce domaine en 5 ans ! Le président sortant refuse d’assumer son bilan et multiplie les propositions hasardeuses. S’il était confiant dans les résultats de sa politique, il n’aurait pas besoin de diviser les Français ou d’inventer une procédure référendaire à la veille d’une élection. Le changement, c’est François Hollande. C’est lui qui saura rassembler les Français et offrir à la France les conditions de réussite.
Nicolas Cadène
Membre de l’équipe nationale de campagne de François Hollande
Porte-parole de la section Nîmes Marianne

Stéphane Tortajada
Référent de l’équipe de campagne de François Hollande à Nîmes
Secrétaire de section Nîmes Marianne

Éducation : le gros mensonge du président sortant

Comme à son habitude, Nicolas Sarkozy, ce matin sur RTL, a pratiqué le « plus c’est gros plus ça passe » en avançant des chiffres tout à fait extravagants.

Le président sortant a notamment déclaré : “Il y a un peu plus de 400.000 élèves de moins dans l’éducation depuis dix ans et il y a eu 45.000  profs de plus”…

Sauf que c’est tout à fait faux et que la réalité est même tout à fait inverse (chiffres Insee à l’appui, ici ou ).

En réalité, si on prend en compte l’ensemble des élèves et étudiants et l’ensemble des enseignants :

> En 2000-2001, il y avait 21,487 millions d’élèves ; en 2010-2011, il y en a 21,662 millions, soit 175.000 de plus.

> En 2000, il y avait 980.295 enseignants ; en 2011, il y en a 928.458, soit près de 52.000 de moins.
=> En 10 ans, il y a donc 52.000 enseignants en moins pour 175.000 élèves et étudiants en plus !
Rappelons au passage qu’avec 6 enseignants pour 100 élèves ou étudiants, la France est bonne dernière au classement de l’OCDE ; ou encore, que depuis 10 ans la scolarisation des moins de 3 ans est passé de 35% à moins de 15%.
(Voir également le communiqué de Vincent Peillon sur ce sujet, sur les effectifs du primaire et du secondaire)

Emploi industriel : les propositions de François Hollande

Cher-e ami-e,Je me suis rendu à Florange hier, auprès des ouvriers d’Arcelor-Mittal pour leur exprimer mon soutien. Plus tôt j’étais à un meeting des salariés de l’entreprise Fralib pour qu’ils puissent eux aussi poursuivre leur activité et diffuser leur savoir-faire.

J’ai affirmé mes propositions pour relever le défi du rétablissement de l’emploi industriel qui constitue la fierté de notre pays.

Hélas, les statistiques présentées ce vendredi par le Ministère de l’Emploi et Pôle Emploi nous annoncent que le nombre de chômeurs a encore augmenté au mois de janvier de 13 400 personnes pour atteindre le nombre de 2,86 millions de demandeurs d’emploi.

La crise ne saurait expliquer à elle seule un tel bilan. Avec 1 million de chômeurs de plus durant le dernier quinquennat dont 400 000 emplois détruits dans le domaine industriel, c’est toute une politique inefficace
qui est, ici, sanctionnée.

Le changement c’est maintenant.

François Hollande

« La France forte », un slogan en forme de méthode Coué !

Le slogan choisi par le président sortant, désormais candidat-président, est à des années-lumières de son bilan !

1. Avant Nicolas Sarkozy, la France était à le 16ème pays le plus riche au monde… Aujourd’hui, elle n’est plus que 18ème.

2. Avant Sarkozy, la France était le 10ème pays le plus riche de l’Union européenne… Aujourd’hui, elle n’est plus que 11ème, en-dessous de la moyenne de la seule zone euro.

3. Avant, la France était le 5ème puissance exportatrice de marchandises au monde… Aujourd’hui, elle n’est plus que la 6ème, derrière les Pays-Bas.

4. Avant, la France était le 16ème pays le moins inégalitaire concernant la distribution des revenus… Aujourd’hui, elle n’est plus que le 38ème, derrière le Tadjikistan.

5. Avant, la France était le 8ème pays ayant le plus fort indice de développement humain (IDH)… Aujourd’hui, elle n’est plus que le 20ème, juste devant la Slovénie.

6. Avant, la France était le 3ème exportateur de produits agroalimentaires et agricoles… Aujourd’hui, elle n’est que 4ème, derrière l’Allemagne.

7. Avant, la France était à la 16ème place du classement scolaire international… Aujourd’hui, elle n’est qu’à la 24ème place, tout juste dans la moyenne de l’OCDE.

8. Avant, la France était à la 33ème place pour la liberté de la presse… Aujourd’hui, elle n’est qu’à la 38ème, derrière le Salvador, mieux classé.

9. Avant, la France était à la 18ème place des pays les moins corrompus… Aujourd’hui, elle n’est plus qu’à la 25ème place et a un indice de corruption supérieur au Qatar par exemple.

 

Aujourd’hui, le redressement est indispensable, mais il ne sera possible que dans la justice. Le changement c’est maintenant, avec François Hollande.

——-

1. PIB par habitant en parité de pouvoir d’achat, OCDE/FMI.

2. PIB par habitant en standards de pouvoir d’achat, Eurostat.

3. Classement OMC.

4. Coefficient Gini, ONU.

5. Chiffres du PNUD, ONU.

6. Étude de la Coface.

7. Classement OCDE.

8. Classement Reporters Sans Frontières.

9. Classement Transparency International.

 

Législatives dans le Gard, le PS (peut-être) présent partout

Ci-dessous, vous trouverez un article du Midi Libre d’hier selon lequel la coordination départementale d’EELV a annoncé la rupture locale de l’accord EELV-PS (« caduc ») : EELV présenterait des candidats sur toutes les circonscriptions (suite à l’accord, il devait se retirer de 2 circonscriptions). 

Si tel est vraiment le cas, le PS devra être présent sur la 6e circonscription avec un candidat issu de ses rangs. J’avais déjà annoncé mon souhait de porter nos couleurs sur cette partie du département (Nîmes, Marguerittes, Uzès notamment).

Pont du paratonnerre : un scandale de plus ?

La section du Parti Socialiste « Nîmes Marianne » s’étonne de la délibération du Conseil municipal du samedi 4 février concernant l’aménagement du carrefour du paratonnerre. Si personne ne conteste la nécessité d’aménager ce carrefour accidentogène, l’augmentation considérable de son coût — 9,5 millions d’euros contre les 4,2 initiaux — interroge, d’autant que la largeur du pont est réduite de 46 à 30 mètres et qu’aucune modification substantielle du projet n’a été présentée. Cette délibération fait suite au vote de la vente, par la majorité municipale, d’une parcelle du bois des Espeisses pourtant destiné à être un conservatoire de la garrigue. Cette parcelle servira à la construction d’un lotissement cossu dont la vue, pour n’être aucunement obstruée, a semble-t-il supposé l’abaissement du pont du paratonnerre. Certains convois exceptionnels devront donc être détournés de ce tracé, contre toute logique de sécurité routière. Ce lien probable entre cet aménagement public et cette opération de promotion immobilière peut laisser craindre un grave conflit d’intérêts.

Nicolas Cadène & Stéphane Tortajada

Publication dans le Midi Libre du vendredi 10 février :

À Feuchères, la mairie passe en force !

Voici un communiqué de presse que Stéphane Tortajada et moi-même avons transmis au nom de la section PS « Nîmes Marianne » :

La section du Parti socialiste « Nîmes Marianne » constate que la majorité municipale n’a toujours pas appris de ses erreurs passées. Une fois encore, le plan d’aménagement de l’avenue Feuchères ne respecte ni la concertation avec les associations, ni l’intérêt collectif des riverains. Contre toute logique, l’avenue se voit séparée en deux avec l’abattage sauvage de nombreux arbres et la concentration de toute la circulation d’un seul côté. En plus de causer bruit et pollution pour les riverains, cet aménagement supprime les terrasses de cafés du côté de la gare et rend cet espace encore moins vivant. Enfin, la fluidité de la circulation sera contrariée puisque les automobilistes se verront obligés de passer derrière la gare pour rejoindre l’autre côté de l’avenue Feuchères. Le cœur de la ville se verra ainsi coupé en deux. Nous demandons donc à la majorité municipale de revoir sa copie et d’accepter d’élaborer un projet qui soit satisfaisant tant pour les piétons que pour les riverains, les automobilistes et enfin l’esthétisme de cette avenue.

Sondage choc, sondage toc

Le JDD a donc publié un sondage « choc » : sans Marine Le Pen, Nicolas Sarkozy « ferait » soi-disant jeu égal avec François Hollande.

Quoi qu’il en soit, comme l’a justement rappelé Ségolène Royal, nous savons que rien n’est gagné et qu’il est essentiel de mener campagne jusqu’au bout pour défendre les propositions de François Hollande et amener le « candidat sortant » à assumer son (catastrophique) bilan.

Néanmoins, une fois encore, la méthodologie de ce sondage interroge. Si l’idée de l’Ifop est de retirer les candidats qui n’ont pas les parrainages à ce jour, on ne comprend pas pourquoi la liste garde les deux candidats d’extrême gauche, Nathalie Arthaud et Philippe Poutou, puisqu’ils ne les ont pas plus que Marine Le Pen. Précisons que l’Ifop a, en revanche, retiré Villepin, Morin, Boutin, Nihous et Lepage, ce qui bénéficie (évidemment) davantage à Nicolas Sarkozy qu’à François Hollande.

Qui plus est, comme l’a rappelé sur RMC Hervé Gattegno (rédacteur en chef au Point), ce sondage tombe au moment où il y a un débat sur les parrainages. On sait que beaucoup d’élus de droite sont partagés entre le souhait du pluralisme et l’intérêt de leur camp. Pour ceux-là, le résultat est une incitation très claire à refuser leur soutien à Marine Le Pen.

Enfin, le document présenté par le Journal du Dimanche ne mentionne pas le second tour, donnant l’image d’un résultat plus en faveur du président sortant qu’il ne l’est probablement. En réalité, si on prend le temps de consulter sur Internet les résultats complets de ce sondage, on constate qu’au second tour, François Hollande est crédité de 56% des intentions de vote, contre 44% pour Nicolas Sarkozy.

Rappelons-le, l’article du Journal du Dimanche est titré « le sondage qui change tout ».  Au vu du second tour, il aurait pu être titré, à l’inverse, « le sondage qui ne change rien »

Ne soyons pas paranoïaques… mais rappelons un fait amusant : Laurence Parisot est l’actionnaire majoritaire de l’Ifop et le Journal du Dimanche appartient à Arnaud Lagardère, deux proches de Nicolas Sarkozy.

Nicolas Cadène

À Nîmes, n’oublions ni Valdegour ni Pissevin !

Vous trouverez ci-dessous l’article paru dans Libération (également sur Internet en cliquant ici) de vendredi 3 février sur l’abandon de la ZUP nord et sud de Nîmes.

À la section du PS « Nîmes Marianne« , nous avons été plusieurs fois dans ces quartiers pour y organiser des rencontres et des échanges avec la population (notamment porte-à-portes et tractages) et les associations (voir nos anciens articles notamment en cliquant ici, ou ).

Dernièrement, Ségolène Royal (qui fera un meeting de soutien à François Hollande mardi prochain 7 février à Marseille) s’y était également rendue, répondant à mon invitation, et avait été accueillie par une foule très nombreuse et enthousiaste (voir l’article en cliquant ici).

 

Le bilan de Sarkozy sur la santé…

« Je propose de renforcer l’aide à l’acquisition d’une complémentaire et d’améliorer les remboursements des soins dentaires et optiques ».
Nicolas Sarkozy, en 2007. Aujourd’hui, un Français sur seize n’a pas de complémentaire santé, 70% des soins dentaires et 96% des soins optiques sont payés par les patients. Par ailleurs, l’UMP a instauré en 2010 une taxe sur les complémentaires santé de 3,5%, doublée en 2011 à 7%.

Bilan de Sarkozy: 'La santé mise à mal